Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. RDC : des Congolais fuient des violences dans l'ouest du pays

RDC : des Congolais fuient des violences dans l'ouest du pays

Chargement du lecteur...
©TV5MONDE/ T. Cavailles, A. Langlois, U. Mabika

Des violences ont éclaté dans la région de Maï-Ndombe, à l'Ouest de la RDC pour trouver refuge au Congo-Brazzaville voisin. 7000 personnes ont traversé la frontière en une semaine. 

Le silence est pesant, les blessures paraissent graves. Ces villageois ont quitté leur province de République démocratique du Congo pour se mettre en sécurité dans le Congo voisin, fuyant la violence de ces dernières semaines.

"Tout le monde était paniqué, raconte Laurent Moganbi Ebale, un enseignant. Il y a eu des massacres. Il y a des cadavres qui ne sont même pas enterrés."

Ils sont 7000 à avoir traversé le fleuve et tous n'ont pas encore été recensés. Ils sont ensuite accueillis dans des villages qui ne dépassent pas habituellement les 500 habitants. Il s'y retrouvent dans des conditions de fortune et bénéficient de peu de moyens médicaux pour leur venir en aide.

Aide nécessaire

La situation est difficile à gérer pour les villages et le pays d'accueil. L'ONU a déployé ses moyens pour déteminer l'aide à apporter : "Nous avons vraiment besoin d'une assistance alimentaire dans la zone, assure Mohamed Ag Assory, porte-parole du HCR en République du Congo, d'un appui médical en personnel et en produits pharmaceutiques parce que parmi ces déplacés nous avons recensé environ 150 blessés. Il y a des personnes âgées, des femmes enceintes, des enfants en bas âge. "

Se sentant délaissés par les autorités à Kinshasa, ils ont trouvé un peu d'espoir quand un élu de leur province est venu les soutenir. Et dénoncer les actes des assaillants.

"Ces sanguinaires, on va les dénoncer devant la justice, assure Honoré Etibako, député de Bolobo. Ici, il y a des gens vivants mais de l'autre côté des gens sont tués par des sanguinaires et on va citer leur nom devant la justice internationale."

Jusque quand devront-ils fuir ? Même si elle se tient bien dimanche l'élection présidentielle dans leur pays risque de ne pas leur apporter de réponse.