Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. RDC : les groupes armés continuent de régner dans l'est

RDC : les groupes armés continuent de régner dans l'est

Des rebelles du M23 conduisent des exercices d'entraînement à Rumangabo, dans l'est du Congo, le 23 octobre 2012. (AP Photo / Stephen Wandera)

Massacres, viols, affrontements... Le président Tshisekedi s'était dit "prêt à mourir" pour rétablir la paix dans l'est du pays. Fief de dizaines de groupes armés congolais et étrangers, ces régions restent le théâtre de conflits sanglants. Selon un rapport de l'ONU, le nombre de meurtres a triplé en un an.

"Mauvaise stratégie", "connivences entre responsables militaires et groupes armés", "dysfonctionnements au sein de l'armée"... Les hypothèses avancées sont nombreuses pour expliquer l'impossibilité de l'Etat à pacifier l'est de la RDC.

Le 30 octobre 2019, l'armée congolaise lance des opérations contre tous les groupes armés actifs dans la partie orientale du pays.

Malgré cela, le nombre des personnes tuées par ces groupes a explosé. Au 1er semestre 2020, le nombre de personnes tuées par les groupes armés (1 315) a triplé par rapport à la même période l'an dernier (416), selon un rapport du Bureau des droits de l'homme des Nations unies publié ce 5 août.

L'Ituri a enregistré le nombre de morts le plus élevé (636), suivi du Nord-Kivu (541), Sud-Kivu (58) et Tanganyika (57).

Cette augmentation est le signe "d'une détérioration de la situation des droits de l'homme dans les provinces en conflit, en particulier l'Ituri, le Sud-Kivu, le Tanganyika et le Nord-Kivu", a estimé le BCNUDH.

le gouvernement a jugé "calme", la situation sécuritaire sur le territoire national, "en dépit des actions menées par certains groupes armés dans l'Est du pays", selon le dernier compte-rendu du Conseil des ministres.

Kinshasa note ainsi "la poursuite de la pression militaire exercée par les FARDC (Forces armées de la RDC) sur les différents groupes armés encore actifs, pour les contraindre à déposer les armes".

(Re)voir : RDC, 15 miliciens condamnés à 20 ans de prison en Ituri
 

Chargement du lecteur...

Parmi les actions militaires les plus significatives, figure celle contre les Forces démocratiques alliées (ADF) sur le territoire de Beni dans la province du Nord-Kivu.
Groupe d'origine ougandaise, les ADF étaient déjà tenues responsable de la mort de plus de 1.000 civils dans une série de massacres depuis octobre 2014 dans la région de Beni.

Un "quartier général avancé" y a été mise en place en décembre 2019, sous le commandement du général Célestin Mbala, chef d'état-major des FARDC.
Mais malgré ces offensives, les tueries n'ont pas cessé, bien au contraire.
                  

"Rien n'a changé"                  

                  
"Les stratégies du président Tshisekedi pour lutter contre les groupes armés ont démontré leurs limites. En réalité, sur le terrain, rien n'a changé malgré les opérations d'envergure de l'armée", a indiqué une source diplomatique occidentale.

Selon cette source, toutes les pressions sur les positions rebelles ne sont pas soutenues par l'installation effective de la police et de l'administration : "Les espaces récupérés ont été aussitôt repris par les groupes armés".

Plus nuancée, Noëlla Katongerwaki, présidente des organisations de la société civile de Beni, a estimé que l'absence de résultats est plutôt liée à un manque de "stratégies" appropriées.
"Sur le terrain, nos militaires se battent, mais s'il n'y a pas des résultats, c'est parce qu'il n'y a pas d'actions politiques, ni une diplomatie très claire de la part de notre gouvernement".

(Re)voir : RDC, fusillade meutrière au Sud-Kivu
 

Chargement du lecteur...

Le 17 juillet, le président Tshisekedi, qui gouverne en coalition avec les fidèles de son prédécesseur Joseph Kabila, a procédé à des mouvements au sein de l'armée.
Un des piliers militaires du régime du président Kabila, le général John Numbi, a été écarté de son poste d'Inspecteur général de l'armée.

Mais "il n'y a pas eu un changement de fond (...) On a changé quelques chefs et parfois on a retiré les chefs qui commençaient à être efficaces avec leurs troupes sur le terrain", analyse
Jean-Jacques Wondo, expert militaire congolais, proche de l'opposant Moïse Katumbi.

La stratégie de M. Tshisekedi "n'a pas encore pris", selon M. Wondo, qui va jusqu'à soupçonner des "connivences entre certains responsables militaires et les groupes armés".

En RDC, le moins gradé au sein de l'armée reçoit une solde mensuelle de 165.000 francs congolais (86,8 dollars) à laquelle s'ajoute une prime de 33.000 francs congolais (17,3 dollars) pour les militaires engagés au front. A cette faible rémunération, s'ajoute la réintégration d'anciens rebelles, parfois coupables d'exactions, dans l'armée régulière.

(Re)voir : Internationales reçoit "l'homme qui répare les femmes" dans l'est de la RDC, le prix Nobel Pr Denis Mukwege

 

Publicité