Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. RDC : Martin Fayulu appelle à la "résistance pacifique"

RDC : Martin Fayulu appelle à la "résistance pacifique"

Chargement du lecteur...

Il avait donné rendez-vous à ses troupes place Sainte-Thérèse, à Ndjili. Un quartier populaire de Kinshasa. Martin Fayulu, le candidat de Lamuka à la présidentielle, s'est exprimé devant près de 20.000 personnes. Il appelle ses partisans à la résistance pacifique pour faire triompher la vérité des urnes. Reportage de Blaise Basomboli et Joël Lumbala.

Les soutiens se sont massés par milliers sur la place Sainte-Thérèse à N'Djili.
Une ambiance de meeting électoral... Sur les pancartes, des critiques "UDPS=FCC" ou encore "Kabila-Tshisekedi voler n'est pas bon".

Alors Martin Fayulu a pris le temps de traverser sa foule, et de saluer ses militants, toujours présent pour ce 1er grand rendez-vous depuis l'arrivée de Félix Tshisekedi au pouvoir. Ce rassemblement était un test pour Fayulu et sa coalition. Lui, le perdant, qui revendique encore la victoire des urnes, et harangue la foule : "Quoi qu'ils fassent, qui est ce que vous avez élu comme président ?" La réponse de la foule : "Fayulu". "C'est mon serment, vous m'avez élu comme votre Président et je ne vous décevrai pas."

Il fallait montrer qu'il ne renonce pas, alors Martin Fayulu a délivré son message. "Je n'ai pas de problèmes personnels avec Félix Tshisekedi. C'est mon frère. Donc je n'ai aucun problème avec lui. Ce n'est pas tant lui, c'est ceux qui l'ont nommé, ceux qui veulent aller contre la volonté du peuple. Le sens de ce meeting d'aujourd'hui, c'est de dire que nous sommes un peuple uni. Et nous voulons la cohésion nationale."

Son peuple attend maintenant qu'il trouve des solutions concrètes pour exister dans la vie politique. Il est prêt à le suivre, ses militants sont remontés: "Nous n'allons pas nous arrêter ici ", dit cet homme soutenu par des dizaines derrière lui. "Nous considérons que ce qui a été fait -l'arrêt de la Cour Constitutionelle- comme étant un coup d'état orchestré par M Kabila. Nous n'accepterons jamais cela, et le peuple n'acceptera jamais ça !"

Martin Fayulu va désormais poursuivre un objectif : il veut se rendre dans toutes les provinces du pays, pour porter ses idées de résistance pacifique, face à ce qu'il nomme le "putsch électoral".