Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. RDC : Session inaugurale de l'Assemblée nationale

RDC : Session inaugurale de l'Assemblée nationale

Chargement du lecteur...
TV5MONDE

Alors que tous les députés n'ont pas encore été élus, la première session de l'Assemblée nationale s'est tenue ce lundi 28 janvier à Kinshasa. Une Assemblée qui va devoir avant tout cohabiter. Reportage. 

Session inaugurale de la nouvelle Assemblée nationale. A l'ordre du jour : la mise en place du bureau. Bureau présidé par Gabriel Kyungu, ancien président de l'Assemblée provinciale de l'ex-Katanga, et proche des opposants Moïse Katumbi et Martin Fayulu.

Un bureau provisoire tout comme la constitution de cette chambre basse :485 députés pour le moment. Reste 15 sièges à pourvoir. Ceux des régions de Beni, Butembo et Yumbi où les élections ont été reportées en mars pour raisons sécuritaires. 

Alors que l'opposant Félix Tshisekedi a remporté la présidentielle, c'est le camp de l'ancien président, Joseph Kabila, qui a obtenu la majorité aux législatives. Une cohabitation que beaucoup espèrent apaisée. 

Des recours possibles jusqu'en mars

"Cette configuration UDPS / UNC était électorale..... maintenant il faut l'approcher à la réalité, pour que ce soit UDPS / UNC / FCC si c'est ça la forme que prendra la majorité parlementaire actuelle, de sorte que nous ayons des passerelles de collaborations pour qu'il n'y ai pas trop de confrontations" , explique Noël Botakile, député élu (FCC) 

Lors de cette première séance, une cinquantaine de députés étaient absents dont Martin Fayulu, qui avait revendiqué sa victoire à la présidentielle.

"Nous continuons, en tant que Lamuka, à revendiquer la vérité des urnes, notre élection avec Martin Fayulu à la présidence de la République, a été usurpée. Ce qui devra nous faire honte c'est de faire des raccordements fauduleux", souligne Chérubin Okende, député élu (Coalition LAMUKA).

La Cour constitutionnelle a rejeté le recours de Martin Fayulu. Mais pour les législatives, les recours sont encore possibles jusqu'en mars prochain. Ce qui n'a pas empêché l'Assemblée de siéger ce lundi 28 janvier.