RDC : un "état de siège" encore flou qui suscite espoirs et inquiétudes

Image
RDC : un "état de siège" encore flou qui suscite espoirs et inquiétudes (1)
Le président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, lors d'une rencontre avec le président français Emmanuel Macron, à l'Elysée, à Paris, le 27 avril 2021.
©AP Photo/Thibault Camus
Mis à jour le
4 mai 2021 à 13:08
par TV5MONDE avec AFP

L'"état de siège" annoncé vendredi 30 avril en République démocratique du Congo dans deux provinces de l'Est, pour lutter contre les massacres de civils par des groupes armés, suscite espoirs et inquiétudes. Dans le pays, une partie de l'armée régulière est en effet accusée d'affairisme et de violations des droits humains. 

 Le président congolais Félix Tshisekedi avait décidé jeudi 29 avril le remplacement des autorités civiles par des militaires et des policiers dans deux provinces de la République démocratique du Congo où l'état de siège entrera en vigueur ce jeudi.
 
Chargement du lecteur...


"J'ai décidé de proclamer l'état de siège dans les provinces de l'Ituri et du Nord-Kivu", a rappelé le président Tshisekedi dans une adresse à la télévision publique congolaise RTNC, affirmant avoir entendu "le cri de détresse de notre population et ressens les douleurs qu’éprouvent nos mères, nos sœurs, nos filles dans ces provinces ravagées par la barbarie".
 


Cet état de siège avait été ensuite été confirmé vendredi 30 avril dans la soirée par Tharsice Kasongo Mwema, son porte-parole. Ce dernier précisait alors que l'état de siège était décrété "pour une durée de trente jours à dater du jeudi 06 mai 2021".
 

 

Plus d'un million de déplacés en Ituri 

Dans ces deux provinces riches en minerais, les groupes armés tuent des civils par centaines, provoquant des fuites de population (plus d'un million de déplacés en Ituri, d'après le plaidoyer du Haut commissariat aux réfugiés de l'ONU).

Epicentre des violences à l'Est, le territoire de Beni à la frontière de l'Ouganda est le fief du groupe armé des Forces démocratiques alliées (ADF), accusé du massacre de milliers de civils depuis 2014.

A l'origine des rebelles musulmans ougandais, les ADF sont une organisation "terroriste" affiliée à l'Organisation état islamique, ont récemment décrété les Etats-Unis.

Samedi 1er mai dans la soirée, un responsable musulman, le cheikh Ali Amin, a été tué par "des bandits" qui "ont tiré sur lui" dans la principale mosquée de la ville "pendant la prière du soir" en plein mois de ramadan, a indiqué un officiel, Aloise Mbwarara. Le cheikh avait pris position contre les ADF.

Chargement du lecteur...
 

Au total, 122 groupes armés sont encore actifs dans l'Est de la RDC, estime le Baromètre sécuritaire du Kivu (KST).

L'armée doit être "irréprochable"

L'Association congolaise pour l'accès à la justice (Acaj) "salue" également l'annonce du chef de l'Etat mais "demande au Parlement d’adopter" en urgence une loi "pour prévenir des abus" liés à l'état de siège.

"Si l'armée doit avoir plus de pouvoir, elle doit être irréprochable!", prévient aussi le mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha).
 


Ce n'est pas le cas. Dans son dernier rapport mensuel, le bureau conjoint des Nations unies des droits de l'homme (BCNUDH) a enregistré "une augmentation de 32%" des atteintes aux droits de l'homme en mars par rapport à février (655 au total).
"Cette augmentation s'explique par une forte hausse (+127%) du nombre de violations attribuables à des militaires", selon le BCNUDH.


A mots plus ou moins couverts, des officiels sont accusés de duplicité avec les groupes armés dans l'Est du pays. L'"état de siège" risquerait donc de faire reculer les droits humains dans les zones concernées, s'inquiètent des observateurs.
 

Chargement du lecteur...
 

Le président Tshisekedi en appelle à l'aide de la France

Ce n'est pas le premier effet d'annonce du président Tshisekedi face à l'insécurité dans l'Est. Le chef de l'Etat a déjà annoncé deux "opérations militaires d'envergure", en territoire de Beni en novembre 2019 et en Ituri en juillet 2019.

A Beni, l'offensive de l'armée contre les bases des ADF s'est soldée par des représailles sanglantes des ADF sur les civils (plus de 1.000 personnes massacrées depuis novembre 2019).

L'annonce de l'"état de siège" a été faite vendredi lors du premier Conseil des ministres depuis l'investiture du nouveau gouvernement lundi.
Le président Tshisekedi est en position de force sur le plan interne, après avoir renversé en sa faveur au Parlement la majorité autrefois fidèle à son prédécesseur Joseph Kabila.

Soutenu par les Etats-Unis, le président congolais a également demandé à la France de l'aide dans sa lutte contre les ADF.