Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. Sadio Mané joueur africain de l'année, une juste récompense

Sadio Mané joueur africain de l'année, une juste récompense

Après avoir terminé trois fois sur le podium, Sadio Mané a été désigné joueur africain de l'année par la Confédération africaine de football. Une juste récompense pour l'ailier sénégalais de Liverpool, qui avait échoué à la quatrième place du Ballon d'Or France Football.

Enfin ! Après avoir vu les distinctions les plus prestigieuses (FIFA TheBest, Ballon d’Or France Football, etc.) lui filer sous le nez, Sadio Mané a reçu une récompense à la mesure de son extraordinaire année 2019. L’ailier gauche, vainqueur de la Ligue des Champions avec Liverpool et finaliste de la CAN avec le Sénégal, a reçu mardi à Hurghada (Egypte) le trophée du joueur africain de l’année, remis par la Confédération africaine de football. L’issue ne faisait plus le moindre doute depuis qu’on avait appris l’absence des deux autres finalistes, l’Algérien Riyad Mahrez (Manchester City) et l’Egyptien Mohamed Salah (Liverpool). Après douze mois de haute tenue sur le plan des statistiques (en témoigne son rang de co-meilleur buteur de Premier League) comme sur celui du palmarès collectif (outre la Ligue des Champions, la Supercoupe d’Europe et la Coupe du monde des clubs), l’ancien de Génération Foot, finaliste de la dernière CAN, succède logiquement à son coéquipier Mohamed Salah.

Sadio Mané, le triomphe modeste


Cet enfant du Sénégal profond rejoint dans le cercle très fermé des vainqueurs de ce prix son compatriote El Hadji Diouf, qui avait dit la semaine passée être convaincu à 1000% de son succès. Les faits ne l’ont pas démenti. Délaissé par la majorité des journalistes africains au moment du vote pour le Ballon d’Or, le joueur clé des Reds se trouve distingué par un autre jury, 100% africain celui-là. Tel qu'en lui-même, humble et modeste, Sadio Mané ne s'est pas répandu en grands discours au moment de recevoir son trophée, des mains du président Ahmad Ahmad. « Je l’avais promis aux Sénégalais. Il faut rêver et toujours y croire. J’ai pas les mots je suis vraiment content, Je dédie ce trophée aux Sénégalais », a simplement dit Sadio Mané.

L'Algérie distinguée


Pour le reste, le palmarès a réservé une large place aux vainqueurs de la CAN : Djamel Belmadi a reçu le trophée du meilleur coach, l’Algérie celle de meilleure équipe de l’année et Riyad Mahrez s’est octroyé la couronne destinée à l’auteur du but de l’année, pour son coup franc aussi magistral que décisif face au Nigeria dans les derniers instants d'une demi-finale de Coupe d’Afrique. Elément moteur de l'équipe lauréate de la CAN, le joueur de Manchester City se contente de ce lot de consolation en raison de son temps de jeu fluctuant en club. Enfin, Youcef Belaïli, vainqueur de la Ligue des Champions avec l’Espérance sportive de Tunis puis de la CAN avec les Fennecs, a fort logiquement été désigné joueur interclubs de l’année.

Oshoala joueuse de l'année


En remportant pour la deuxième année consécutive le trophée du jeune joueur africain, le latéral marocain du Borussia Dortmund Achraf Hakimi marque aussi les esprits. Complètement oublié au palmarès masculin, le Nigeria, médaillé de bronze à la CAN, se consolera avec le trophée de joueuse africaine de l’année, remis à Asisat Oshoala (FC Barcelone), alors que la Camerounaise Ajara Nchout, plus en vue lors de la Coupe du monde, avait la faveur des pronostics. Comme à l’accoutumée, le onze type africain de l’année, cosigné par la CAF et la FIFPro, comporte son lot de bizarreries, la moindre n’étant pas la présence de l'Ivoirien Serge Aurier, pourtant auteur d’une année quelconque avec Tottenham et les Eléphants.

Le palmarès complet :

Joueur africain de l'année : Sadio Mané (Sénégal & Liverpool)
Joueuse africaine de l’année : Asisat Oshoala (Nigeria & FC Barcelone)
Joueur africain interclubs de l’année : Youcef Belaïli (Algérie & Espérance Tunis / Ahli Jeddah)
Jeune joueur africain de l’année : Achraf Hakimi (Maroc & Borussia Dortmund)
Coach masculin africain de l’année : Djamel Belmadi (Algérie)
Coach féminin africain de l’année : Desiree Ellis (Afrique du Sud)
Equipe nationale masculine de l’année : Algérie
Equipe nationale féminine de l’année : Cameroun
Fédération de l’année : Egypte (EFA)
Président de club de l'année : Moïse Katumbi (TP Mazembe)
Trophée spécial : Kojovi Obilalé (ancien gardien de but du Togo)

Publicité