Sahara occidental : ce que l'on sait de la mort des trois Algériens tués dans un bombardement

Image
Sahara occidental : ce que l'on sait de la mort des trois Algériens tués dans un bombardement (1)
TV5MONDE
Mis à jour le
4 novembre 2021 à 19:28
par Pierre Desorgues AFP
La présidence algérienne a annoncé mercredi la mort de trois de ses ressortissants dans un bombardement au Sahara occidental, un territoire au coeur de vives tensions entre le Maroc et l'Algérie. Alger accuse Rabat d'être coupable de la mort des trois Algériens. Que sait-on de ce bombardement ?

"Trois ressortissants algériens ont été lâchement assassinés par un bombardement barbare de leurs camions alors qu'ils faisaient la liaison Nouakchott-Ouargla", entre la Mauritanie et l'Algérie, a affirmé la présidence algérienne dans un communiqué. L'attaque aurait eu lieu ce lundi 1er novembre.

Plusieurs facteurs désignent les forces d'occupation marocaines au Sahara occidental comme ayant commis, avec un armement sophistiqué, ce lâche assassinat

Communiqué de la présidence algérienne

La question du Sahara occidental, ex-colonie espagnole considérée comme un "territoire non autonome" par l'ONU en l'absence d'un règlement définitif, oppose depuis des décennies Rabat, qui contrôle près de 80% de ce vaste territoire désertique, au Front Polisario, réclamant lui un référendum d'autodétermination et soutenu par l'Algérie.

Les autorités marocaines n'ont pas encore démenti

La présidence algérienne dans son communiqué accuse Rabat. "Plusieurs facteurs désignent les forces d'occupation marocaines au Sahara occidental comme ayant commis, avec un armement sophistiqué, ce lâche assassinat", peut-on lire dans le communiqué.

Longue d'environ 3.500 kilomètres, la route reliant Nouakchott à Ouargla, dans le sud algérien, longe le Sahara occidental.

Le communiqué algérien ne précise pas l'endroit exact où le bombardement a eu lieu. Akram Kharief, patron du site spécialisé algérien menadefense.net, a indiqué à l'AFP que les camionneurs algériens avaient été "tués à Bir Lahlou au Sahara occidental" dans une zone contrôlée par le Front Polisario.

Selon le site, les deux camions se trouvaient à plus de 25 km des lieux du mur de séparation marocain.

Après de premières informations sur cet incident publiées mardi sur les réseaux sociaux, l'armée mauritanienne avait, elle, démenti dans un communiqué qu'une telle attaque se soit produite en territoire mauritanien. 

La version marocaine sur ce bombardement se fait attendre. Les autorités marocaines n'ont pas fait de commentaire dans l'immédiat sur cet incident.

Une attaque de drone ?

Selon le site menadefense.net, les victimes, trois chauffeurs algériens, conduisaient deux camions affrêtés pour transporter du ciment vers la Mauritanie.

Le communiqué de la présidence algérienne évoque un "armement sophistiqué" utilisé dans cette attaque mais sans en préciser la nature. Rabat avait pris livraison à la mi-septembre d'une première commande de drones de combat turcs selon la presse marocaine. Mais aucune preuve sur l'utlisation de ces drones n'a été avancée par les autorités algériennes.

Le site menadefense.net avait dans un premier temps affirmé que le bombardement avait été effectué par des tirs d'artillerie de l'armée marocaine avant d'évoquer celui d'un drone armé. Les pièces d'artillerie selon le site algérien sont trop éloignées de la zone du bombardement.

Ignacio Cembrero, ancien correspondant au Maghreb d'El Pais, évoque également l'utilisation d'un drone armé par l'armée marocaine.
 



Lire  : Maroc : dans quel but le royaume chérifien s'équipe-t-il de drones ?

"Leur assassinat ne restera pas impuni", a affirmé la présidence algérienne dans son communiqué. Alger n'a pas précise quelles seraient ses mesures de rétortion contre le royaume chérifien.

 Sahara occidental : les tensions peuvent-elles dégénérer ?

Chargement du lecteur...