Sahara occidental : un film retiré d'exploitation au Maroc à cause de la chanson d'une Sahraouie

Image
Sahara occidental : un film retiré d'exploitation au Maroc à cause de la chanson d'une Sahraouie (1)
Zanka Contact raconte le parcours d'une rock star déchue, Larsen Snake. Celui-ci revient dans sa Casablanca natale où il fait la rencontre explosive de Rajae, une fille de la rue à la voix d’or. Ils écument les nuits de la ville et tombent éperdument amoureux.
UFO IMAGES
Mis à jour le
22 octobre 2022 à 19:33
par Pierre Desorgues AFP
Les autorités marocaines ont décidé de suspendre le visa d'exploitation du film à succès marocain "Zanka Contact" pour avoir utilisé une musique de Mariem Hassan, chanteuse sahraouie favorable à l'indépendance du territoire disputé du Sahara occidental.
C'est une chanson qui ne passe pas pour les autorités marocaines.. Le réalisateur de Zanka Contact, Ismaël El Iraki, n'aurait pas du jouer une chanson de Mariem Hassan soutien du Front Polisario jusqu'à sa mort en 2015.

Le conflit du Sahara occidental, une ex-colonie espagnole, oppose depuis des décennies le Maroc aux indépendantistes sahraouis du Polisario soutenus par Alger. Rabat prône un plan d'autonomie sous sa souveraineté mais le Polisario réclame un référendum d'autodétermination sous l'égide de l'ONU.

Mariem Hassan chanteuse et soutien de la cause sarahouie


Le Centre cinématographique marocain (CCM) "suspend le visa d'exploitation commerciale et culturelle" de "Zanka Contact" du franco-marocain Ismaël El Iraki, sorti au Maroc en septembre 2021, car sa bande originale inclut un morceau de la chanteuse Mariem Hassan, qui soutient le Front Polisario.
 

Une musique que le réalisateur n'avait pas mentionnée lors du dépôt de sa demande de subvention et d'exploitation, explique le CCM qui a réexaminé le film après des articles critiques dans la presse marocaine.
 


C'est "une trahison du texte, du dialogue et du son", affirme cette institution publique qui a contribué au financement de ce long métrage à hauteur de 4,2 millions de dirhams (plus de 380.000 euros).

En plus de la suspension du visa d'exploitation, le CCM a donné 48 heures à la société de production pour se conformer au dossier original qui ne faisait pas mention d'un morceau de Mariem Hassan, décédée en 2015.    
 

Le réalisateur a simplement choisi de mettre la voix d'une chanteuse et en aucun cas ce qu'elle représente politiquement. Les producteurs de Zanka Contact

Le CCM suspend également la carte professionnelle du cinéaste, accréditation qui conditionne par exemple l'obtention d'aides publiques.

"Nous sommes navrés de voir un malentendu prendre de telles proportions. Ce choix est purement esthétique et musical", ont réagi dans un communiqué à l'AFP les producteurs et le réalisateur de ce thriller rock salué par la critique.

"Le réalisateur a simplement choisi de mettre la voix d'une chanteuse et en aucun cas ce qu'elle représente politiquement", ont-ils plaidé.

"Zanka Contact", également distribué sous le nom "Burning Casablanca", road-movie cru et poignant, retrace la sulfureuse histoire d'amour d'une prostituée à la voix d'or et d'une rock star tombée dans la drogue.

Ce premier long métrage d'Ismaël El Iraki n'avait pas fait de polémique à sa sortie au Maroc où il a été projeté dans 16 salles de cinéma. Il a également reçu fin septembre 2022 le grand prix du Festival du film de Tanger.