Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. Sénégal : sensibiliser aux dangers de la baignade

Sénégal : sensibiliser aux dangers de la baignade

Chargement du lecteur...

À Dakar, depuis le début de l’été, une quarantaine de personnes se sont noyées. Le phénomène se répète chaque année pendant la période de forte affluence estivale. En cause, le manque de surveillance des plages mais aussi des baigneurs qui ne  respectent pas toujours les interdictions. Alors, les mairies des quartiers proches des plages les plus dangereuses ont recours à des missions de sensibilisation pour mettre en garde les habitants.

 

Avec leurs dossards oranges, on les repère de loin...
Chaque jour, Pape Maguette Samb et ses collègues arpentent l'immense plage de Malibu dans la banlieue de Dakar, pour sensibiliser la population aux dangers de la baignade.

Des informations utiles pour Aissatou Niang venue passer l'après-midi avec ses enfants. Selon elle, de nombreux estivaliers sont inconscients des dangers de l'océan et ses courants.
 

Déjà, plusieurs d'entre nous ne savent pas lire. Il y a une affiche là-bas, mais c'est mieux d'avoir des gens qui se mettent à notre disposition pour pouvoir nous rassurer. On va plus prêter attention à nos enfants, en prendre soin. Déjà ils nous font savoir que ce n'est pas une plage rassurante, c'est même une plage très dangereuse.Aissatou Niang, mère de famille

A tel point que deux personnes se sont noyées ici depuis le début de l'été.
Très fréquentée - jusqu'à 15.000 personnes les weekends - la plage de Malibu fait partie des nombreux sites interdits à la baignade. Mais avec la chaleur estivale, l'attrait de la mer se fait plus fort et l'interdiction n'est pas toujours respectée.
 

Les gens continuent à se baigner. La personne est tellement liée à l'eau. Les gens ne peuvent pas venir et ne pas se baigner. Ce qu'on peut faire c'est les encadrer.Pape Maguette Samb, responsable de la mission de sensibilisation

Informer, alerter et surveiller pour réduire le nombre d'accidents. Depuis début juin, 40 personnes, pour la plupart des jeunes, sont mortes noyées à Dakar, dans des zones interdites à la baignade. Ailleurs, même sur les plages autorisées, comme celle de Yoff, les équipes redoublent de vigilance.

Présence des maîtres-nageurs

"On a délimité la plage. Vous voyez le drapeau bleu Mais en dehors de cette zone là, il y a des zones un peu dangereuse qui emportent au large. A chaque fois on fait des interventions dans ces zones-là", explique Mustapha Diene, maître-nageur.

Sur cette côte, les courants de l'Atlantique sont si puissants, qu'ils peuvent même surprendre des nageurs confirmés. Alors les jours d'affluence, la concentration est maximale pour les maîtres-nageurs. Une présence appréciée par les baigneurs.
 

Pas de précautions particulières. Du moment qu'il y a les maîtres-nageurs qui sont là, je me sens en sécurité.Habib, baigneur

Le nombre de victimes, cette année, est en hausse par rapport aux précédentes. Dans la presqu'île de Dakar, une dizaine de plages sont surveillées. Les autorités gouvernementales, municipales et les responsables de la sécurité ont lancé des appels pour renforcer la vigilance sur les plages.