Suisse : des militants du Hirak manifestent devant l'ONU contre les "détentions arbitraires" en Algérie

Image
Algérie : une marche des militants du Hirak vers l'ONU contre les "arrestations arbitraires"  (1)
Des Algériens descendent dans les rues de la capitale, Alger, afin de protester contre le gouvernement, le vendredi 24 janvier 2020
AP Photo/Fateh Guidoum
Mis à jour le
12 janvier 2021 à 12:35
par TV5MONDE AFP
Environ 300 militants proches du mouvement de contestation algérien "Hirak" ont manifesté dimanche devant l'ONU, en Suisse, pour dénoncer les "détentions arbitraires" en Algérie.

Une quarantaine d'entre eux, partis le 15 août de Chambéry dans les Alpes françaises, sont arrivés dimanche à Genève après un périple d'une centaine de kilomètres sur les routes et sentiers de randonnée. "La marche a été très éprouvante mais il y avait une énergie incroyable", a déclaré à l'AFP Assia Guechoud, la coordinatrice du mouvement.

Les autres Algériens, arrivés nombreux de France, les attendaient, sous le soleil, devant l'ONU, arborant de grands drapeaux algériens et scandant des slogans comme "La liberté on va l'avoir !", "Libérez les prisonniers !" ou encore "les généraux, à la poubelle !".

"On veut libérer l'Algérie de la junte militaire. J'ai envie que cela soit un pays démocratique au sens réel du terme, pas une démocratie de façade", a expliqué à l'AFP Rachida, arrivée de Strasbourg. Les militants ont également installé sur la place des Nations, située devant le siège européen de l'ONU à Genève, des photos de "prisonniers de conscience".

Depuis plusieurs mois, les autorités algériennes ciblent les militants du "Hirak", opposants politiques, journalistes et internautes, multipliant poursuites judiciaires et condamnations. Ces militants contestent l'élection en décembre 2019 de Abdelmadjid Tebboune, un ex-fidèle du président déchu Abdelaziz Bouteflika.

A Genève, parmi les manifestants, Karim Nait Ouslimane, le fondateur de l'organisation "Rebuilding Algeria" qui rassemble des cadres algériens vivant à l'étranger, a fait part de sa volonté de déconstruire le "système mafieux établi actuellement"."Nous sommes venus spécialement pour défendre la cause des détenus d'opinion et politique en Algérie, pour défendre aussi les journalistes en prison et pour porter la voix du peuple algérien qui milite et se bat pacifiquement depuis plus d'un an pour l'établissement d'un véritable état démocratique", a-t-il dit à l'AFP.

"Le nouveau président est un homme de paille, c'est de la poudre aux yeux. La preuve, nous avons un journaliste, Khaled Drareni, condamné à trois ans de prison ferme pour délit d'opinion", a-t-il ajouté. M. Drareni, directeur du site d'information Casbah Tribune et correspondant en Algérie pour la chaîne francophone TV5 Monde et l'ONG Reporters sans frontières (RSF) a été lourdement condamné le 10 août pour "incitation à attroupement non armé" et "atteinte à l'unité nationale".

Devant la foule, les marcheurs, chaussures au cou, ont lu une lettre adressée à Michelle Bachelet, l'ancienne présidente du Chili devenue en septembre 2018 Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l'Homme. Cette lettre dénonce les "violations flagrantes des droits fondamentaux du peuple algérien", dont les "arrestations et détentions arbitraires", et demande à Mme Bachelet de rappeler au gouvernement algérien "ses obligations juridiques internationales".

Il ne s'agit pas de demander une "ingérence étrangère. Il s'agit de rappeler à l'Algérie les engagements qu'elle a signés", a lancé une des marcheuses, Yasmine Si Hadj, faisant allusion au Pacte international relatif aux droits civils et politiques de l'ONU.