Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. Tchad : la grève dans les hôpitaux publics se poursuit

Tchad : la grève dans les hôpitaux publics se poursuit

Chargement du lecteur...
©TV5Monde/T.Cavaillès et A.Bazzara

Au Tchad, se soigner est un véritable parcours du combattant. Les fonctionnaires ont repris leur grève illimitée dans les hôpitaux publics. Ils ne reçoivent toujours pas l'intégralité de leur salaire comme s'y était engagé le gouvernement. Un bras de fer qui dure et les malades en pâtissent.

Deepuis quinze jours, l'hôpital central de N'Djamena tourne au ralenti. Sur les cinq cent membres du personnel, trois cents sont en grève, alors forcément la prise en charge des patients est très limitée.
 

Nous sommes en période de grève, et nous assurons le service minimum. Les malades, si on ne les assiste pas, peuvent décompenser ou même perdre la vie. 

Frédéric Djerabye , Médecin à l'hôpital central de N'Djamena

Et le personnel qui assure les missions d'urgences se dit "épuisé". Conséquence également de ce mouvement, les usagers se tournent vers les hôpitaux confessionnels, moins chers que les privés. Mais l'attente est longue, parfois jusqu'à huit heures.
 

Je suis venu très tôt ce matin pour faire examiner ma plaie qui s'est infectée. Il fait très chaud, je me suis installé ici, sous cet arbre, pour patienter. Un médecin est venu me voir dans l'après-midi et m'a délivré une ordonnance pour les médicaments. 

Nesta Roboaye Mamadjimbaye, patient de l'hôpital des Apôtres

Ces grèves des fonctionnaires ont débuté en janvier. Ils protestaient contre des retenues sur salaire par un Etat en difficultés financières. Un accord avait été trouvé le 14 mars dernier, mais il n'aurait pas été respecté par l'Etat. Et aujourd'hui encore les salaires ne sont pas payés intégralement.
"C'est difficile pour eux parce qu'il n'y a pas de salaire, ça ne leur permet pas de vivre comme il se doit", explique Montanan Nainaromtan, du Syndicat des Travailleurs des Affaires sociales et de la Santé.
Du côté de l'Etat, le problème c'est que les caisses sont vides.
 

Ce n'est un secret pour personne que la situation actuelle ne permet pas de pouvoir payer sur la base des différents avancements une masse salariale qui prend 100 % des recettes de l'Etat (...) Le dialogue est ouvert pour trouver des solutions alternatives.

Aziz Mahamat Saleh, ministre tchadien de la Santé

Des solutions qui pourraient être par exemple propose le ministre, l'attribution de terrains en guise de salaires.