Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. Vidéo - Au Mali, le malaise est profond au sein de l'armée

Vidéo - Au Mali, le malaise est profond au sein de l'armée

Chargement du lecteur...
TV5MONDE

Désertion en cascade, manque de moyens, cible des djihadistes... Le malaise est profond au sein de l'armée malienne. Les récentes attaques terroristes ravivent les inquiétudes sur la stabilité du pays. Des maliens dénoncent le manque d'implication de l'Etat. 

C'est un deuil impossible pour ce père d'un soldat malien disparu et sans doute tué à Abeibara, dans un camp de djihadistes dont il était l'otage avec d'autres.
11 militaires maliens capturés auraient péri dans le bombardement du camp par l'armée française fin octobre. Mais sans aucune information sur le sort de son fils, cet ancien commandant malien à la retraite en veut à la hiérarchie militaire.

Je suis contre qu'on l'emmène dans un endroit où le commandant ne peut pas le guider. Je suis en colère parce qu'on ne me dit rien sur mon enfant depuis 2 ans. J'ai confiance dans les services de mon pays. si il y a une dysfonctionnement, il faut le dire.

Monsieur Kanté, père de Boubacar Kanté

Ce sentiment de défiance envers l'armée malienne et surtout  sa hiérarchie, est partagé, notamment par des femmes de soldats qui manifestent à Nampala contre l'affectation de leur mari en zone plus dangereuse.
Mais aussi par les 36 gendarmes maliens qui ont refusé  de se déployer au centre du pays, et ont été arrêtés à Bamako pour désertion. 

Sur les réseaux sociaux

Le sergent Oumar Keita a choisi une une autre voie : celle des réseaux sociaux.
Il critique l'armée maliuenne et ses chefs qu'ils accusent de corruption.
Pour ces propos il est mis aux arrêts. Reste qu'après une série d'attaques meutrières au nord et dans le centre, le pays entre dans trois jours de deuil. Près de cinquante personnes, civils et militaires ont perdu la vie en moins d'une semaine.